mardi 23 août 2011

Et si j'accouchais chez moi?


Cet article, c’est avant tout à Papa-Nature qu’il s’adresse. Mais je le partage quand même avec toi. Me remercie pas. C’est cadeau.


 J’aimerais que Papa-Nature partage ce projet avec moi. Parce que je sais qu’a priori ça ne le tente pas du tout, parce que je pense qu’il a peur, qu’il a des idées préconçues et qu’il ne s’imagine pas du tout les raisons pour lesquelles je souhaiterais accoucher chez moi de notre deuxième enfant. Je veux les lui expliquer en détail, sans qu’il m’interrompe ou ne m’écoute que d’une oreille en pensant très fort : « mais qu’est-ce que c’est que cette nouvelle lubie ? ». [Et je précise en passant que je ne tiens pas non plus à ce que toi lecteur, tu essaies de m'en dissuader. Merci de donner ton avis sans mauvais jugement.]

Pas si nouvelle que ça d’ailleurs la lubie,  j’avais déjà évoqué le sujet lors de ma première grossesse mais le fait qu’il n’y avait pas à l’époque où j’y habitais de sage-femme pratiquant l’AAD dans mon département, j’avais vite laissé l’idée de côté et je n’avais pas creusé le sujet avec Papa-Nature. Ça plus le fait que c’était mon premier bébé et que la peur de l’inconnu était très forte. Et puis il y a aussi le sentiment de culpabilité : se dire que si il arrivait quelque chose à mon bébé à cause de ce choix, je m’en voudrais toute ma vie.

Aujourd’hui, les choses ont changé. J’ai déjà vécu un premier accouchement (tu peux le lire ici). Ce n’est plus vraiment l’inconnu. Je sais que si tu sais l’écouter, ton corps te guide, et que tu peux te faire confiance.  J’ai compris que la chaleur de son foyer, le fait d’être dans un endroit connu et aimé, entouré de gens aimants et de confiance, tout ça favorisait un accouchement serein, je t’assure, c’est hormonal,  l’ocytocine, ça te parle ? L’hormone du plaisir et de l’accouchement dont la sécrétion est justement favorisée par cette atmosphère que je viens de te décrire. J’ai compris que parfois c’était le cadre même de l’hôpital et ses protocoles qui créaient des complications qui seraient évitables si l’accouchement avait lieu à la maison. Attention, je ne suis pas en train de dire que l’accouchement à la maternité, c’est l’horreur et qu’il faut l’éviter à tout prix. Je suis persuadée que les maternités et que le personnel soignant, malgré les baisses constantes de budget et d’effectif, font leur possible pour garantir aux futurs parents une naissance à visage humain. Bien que le tableau soit plus ou moins rose en fonction des maternités, je n’ai absolument rien contre le fait d’accoucher en maternité. Mon premier accouchement, s’y s’est très bien déroulé et je ne fais pas l’apologie d’un AAD pour toutes. Je fais juste part de mes envies, de mon point de vue et de ce que j’imagine pour MOI et notre famille. Et j’ajoute que j’ai conscience que lorsque l’on s’engage dans une démarche d’AAD, il y a toujours un risque que la sage-femme nous renvoie vers la maternité et que l’AAD ne puisse pas se faire : accouchement avant-terme, complications durant la grossesse, etc. La sage-femme, tout comme moi, n’est pas une hurluberlue qui fait prendre des risques à la maman et au bébé. Non, s’il y a le moindre risque connu, la moindre complication, l’accouchement aura lieu à la maternité. Et puis il faut savoir que l’un des critères pour que l’AAD soit accepté par la sage-femme, est la proximité d’une maternité pour pouvoir transférer tout ce petit monde au plus vite en cas de problème. Habitant à 20 minutes d’une maternité, j’ose espérer que la sage-femme libérale pratiquant les AAD dans ma région acceptera de nous accompagner dans ce projet.

Je n’imagine pas faire courir le moindre risque à mon bébé. Quand toutes les conditions sont réunies, accoucher chez soi ne représente pas plus de risques pour la maman et le bébé, qu’accoucher en structure hospitalière. Pour moi, accoucher à la maison, c’est au contraire saisir ma chance de mettre au monde mon enfant dans les meilleures conditions possibles : dans la chaleur de mon foyer, un lieu où je me sens bien, où il n’y a ni lumière agressive, ni inconnus, ni froid. Un lieu où je me sens en sécurité, où je pourrai être à l’écoute de mon corps. Chez moi, je pourrai prendre le temps de gérer le début du travail sans le stress de décider à quel moment aller à la maternité, sans endurer le trajet. Je pourrai aller et venir dans un lieu connu et chaud, gérer ma douleur comme bon me semble sans avoir à supporter un monitoring, pouvoir choisir la position dans laquelle je me sens le mieux, durant le travail jusqu’à l’expulsion. Je pourrai être entourée de personnes que je connais et en qui j’ai confiance, et en nombre réduit. Mon homme et la sage-femme qui nous aura accompagnés.

Bien sûr la première rencontre avec la-dite sage-femme sera déterminante. Ce sera à ce moment seulement que l’on pourra s’engager dans cette démarche, après qu’elle nous aura expliqué sa vision des choses, rassuré Papa-Nature j’espère. Si ça colle entre nous et elle, alors ce sera le début d’une belle aventure qui je l’espère se terminera par une naissance à la maison. Mais qui pourra tout aussi bien terminer à la maternité si tout ne se déroule pas comme prévu.

Accoucher à la maison, cela signifie aussi pour moi : me reposer comme je le souhaite (ce que je n’arrive pas à faire à la maternité – sans compter les visites de l’éventuelle voisine de chambrée), manger les bons petits plats concoctés par mon homme et surtout partager ce grand moment de bonheur avec ma fille aînée (huhu, ça fait bizarre de dire ça). Elle pourra voir son petit frère ou petite sœur dès sa naissance, ou du moins juste après, elle pourra rester avec nous autant de temps qu’elle le souhaite, ne pas être séparée de sa maman, dormir avec nous si elle le souhaite. Bref, partager à part entière  avec nous ce bouleversement. En revanche, je ne souhaite pas qu’elle soit avec nous durant l’accouchement. Certains font le choix de laisser les plus grands y assister, ou rester dans la maison. Je ne le souhaite pas. Elle pourra assister au début du travail mais à partir du moment où ça devient très douloureux, je veux pouvoir exprimer mes émotions, crier si j’en ressens le besoin, sans avoir peur que cela choque ma puce. 

Tout ça, ce sont mes envies, ce sont les raisons qui me font envisager un AAD avec sérénité. Pour moi, c’est plus qu’une envie, c’est un besoin, le besoin de me dire que j’aurais fait de mon mieux pour que la venue au monde de mon enfant soit la plus douce possible. Dans tous les cas, si d’aventure ce projet ne serait pas réalisable pour une raison ou pour une autre, je souhaite si mon état et celui de ma fille le permet, envisager une sortie précoce de la maternité. Soit après les deux heures règlementaires de surveillance ou au pire le lendemain (en fonction de l’heure à laquelle j’aurais accouché). 

Mais Papa-Nature est quelqu’un de cartésien, de terre à terre. Lui dire, voilà, j’ai envie d’accoucher à la maison parce que « tout ça » (lire plus haut), ne suffira pas à le convaincre. Il va me falloir lui prouver par des textes et des rapports médicaux et scientifiques que ce n’est pas prendre un risque inconsidéré (encore une fois si la grossesse se passe bien et qu’il n’y a pas de complications ou de risques connus) que de choisir d’accoucher chez soi. Etudes et rapports à l’appui, le site Naître chez soi explique :  

« D'ailleurs les études sont unanimes : dans le cas d'une grossesse normale, sans complication médicale, les risques liés à un accouchement à domicile programmé avec une sage-femme sont identiques à ceux d'un accouchement en maternité du point de vue de la mortalité. Par contre, comptez donc les « petits gestes » annexes : perfusion, positions, nudité, épisiotomies,forceps, césariennes, nouveaux-nés séparés de leurs mères pour être piqués, aspirés, baignés ... »  
Article dans son intégralité ici.  (Lien vers les études en question en bas de l’article).

Sur le même site (lire ici), on évoque les risques pour la mère liés à l’hémorragie du post-partum. « C’est pour cela que les SF font une sélection des femmes qui peuvent ou pas accoucher à la maison, un taux trop faible d’hémoglobines dans le sang pourra être une contre indication car il augure d’un risque plus important d’hémorragie. »
On y explique également que c’est la sage-femme qui décide selon le profil de la future maman (histoire médicale, profil de grossesse, etc) et son ressenti si  elle accepte d’accompagner le couple dans une démarche d’AAD.
Les contre-indications à un AAD y sont également évoqués : « Selon la « charte de l’AAD » mise en place par l’ANSFL (Association Nationale des Sages-Femmes Libérales) elles ne font pas d’AAD pour des jumeaux, des bébés en siège ou des mamans qui font du diabète gestationnel ou de l’hypertension ».
Le site informe également sur les tarifs, les examens médicaux de l’enfant, les démarches administratives, etc.

Je ne ferai pas la liste de tous les gestes, attitudes, protocoles,  que je ne souhaite pas et qui risquent d’arriver dans une structure hospitalière, nous ferons sans doute un projet de naissance au cas où je devrais accoucher à la maternité. Mais j’ai envie d’imaginer une naissance à visage humain, une naissance où la maman, le papa et le bébé sont respectés, où leurs besoins notamment physiologiques sont respectés. Et je rêve de la première tétée au chaud dans mon lit… Bien sûr, tout ceci ne sera réalisable que si toi, Papa-Nature, tu décides de m'accompagner dans cette aventure. L'avantage, c'est qu'on a le temps d'en reparler...

Ressources :

Un tract d’infos sur l’AAD

Un site fait par une maman ayant accouché à domicile

Le site de l’Association Nationale des Sage-femmes libérales

Accoucher à domicile ? Comparaison France/Pays-Bas



Rendez-vous sur Hellocoton !

20 commentaires:

  1. J'ai peur de l'AAD (parce que mon bébé était mal positionné le jour J et ne pouvait sortir seul, parce qu'on est allés en néonat, etc.) donc je ne me lancerai pas dedans pour le prochain bébé, mais j'apprends des choses en lisant ce billet et j'en suis ravie. Ca change un peu mon regard sur l'AAD.
    Disons que j'avais l'impression que c'était réservé à une certaine "élite" alors qu'en fait, en s'informant, on voit qu'on peut se le permettre si on le souhaite et si un graaaaand nombre de conditions le permettent. J'aime aussi tout ce que tu expliques car ça évite de considérer les femmes qui font ce choix comme des inconscientes.
    Merci pour ce billet.

    RépondreSupprimer
  2. c'est bizarre, mais l'idée d'un AAD ne m'a jamais effleuré...j'ai accouché dans une mater super (les bluets) respectueuse et tout et tout, donc l'hypermédicalisation, ce n'est pas un truc que je ressenti donc pas de frustration de ce côté là...
    Moi c'est plutôt l'après que je redouterais...à entendre ma mère, ce sont les seuls moments (l'après accoucht) où "on s'est occupé d'elle et ou elle a pu être à peu près tranquille, soit sans 1 ou 2 autres bambins dans les pattes" (et on applaudit au passage PapyoMans). La tu es déjà chez toi, donc avec un autre enfant demandeur d'attention, des tas de choses à faire chez toi... (je dis ça pt -être parce que 20 mn après mon retour de mater, l'époux était déjà de retour au boulot, grrr)

    RépondreSupprimer
  3. J'espère que ton homme te rejoindra dans ce beau projet...Quel bonheur ce doit être de donner la vie chez soi...
    Mon homme était tenté pour notre premier bébé mais c'est moi qui n'était pas prête, c'était trop l'inconnu...
    Et il y a une sage femme qui fait des AAD par chez nous ?

    RépondreSupprimer
  4. Beau projet ;)
    Pour ton homme un livre simple et très explicatif: une naissance à visage humain de Claude Suzanne Didierjean Jouveau. après tu deviens une extrémiste de l'AAD mais franchement il est top ce livre.
    Pour celle qui ont eu des "complications" ou autres soucis à leur accouchement précedent, j'ai envie de dire que parfois la medecine et les protocoles hospitaliers provoque pas mal de complications. Je ne dis pas que toutes les complications sont évitables mais la plupart oui. Par exemple, pour ma fille j'ai eu une déclenchement qui a entraîné des contractures de l'utérus (contraction de 5 à 10 minutes... je vous laisse imaginer) ce qui a entrainer une baisse du rythme de la puce et du mien, donc injection d'adrénaline qui ralentit l'accouchement, donc péridurale (surdosée bien sur) donc ventouse déchirure et tout le tralalala. Tout ça pour dire qu'il faut réfléchir aux pratiques médicales que l'on vous fait subir à vous et à votre bébé. Voilà ma minute militante!!

    RépondreSupprimer
  5. et bien ici ce fut le contraire pour Nana, ce fut le papa qui était plus partant que moi pour l'AAD bilan on va retenter l'avoir pour chocolait

    RépondreSupprimer
  6. Le commentaire de Doudie est proche de ce que j'aurais répondu, ma première expérience ressemblant à celle décrite. J'ai eu la chance de vivre un second accouchement, toujours en clinique mais à l'opposé de celui vécu pour la première. Je comprend parfaitement ce désir bien que je pense que je préfèrerais néanmoins garder une "garantie" médicale à proximité.

    RépondreSupprimer
  7. @ Cecilie: Tant mieux si mon article a pu t'en apprendre un peu plus sur l'AAD ;)
    @ Lule: c'est sûr qu'une des conditions pour que je le fasse est que l'homme le veuille bien et accepte de tout gérer les premiers jours et d'être présent +++. Mais pour ça, je lui fais confiance. Et puis peut-être que je serai contente d'avoir ma fille dans les pattes :))
    A Doudie: oui, il y a plusieurs livres que j'aimerais lire notamment celui que tu cites et Intimes Naissances ;) Merci pour tes encouragements, hâte d'entendre ton futur témoignage!!! (enfin, te presse pas hein bébé)
    @Lily: chouette! je croise les doigts pour toi alors^^
    @Une mère ordinaire: je comprends aussi ce besoin de "garantie" ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je t'en avais déjà parlé je crois... j'ai accouché à la maison pour les deux derniers et franchement, il faudrait vraiment un souci médical pour que je retourne accoucher à la mater!! Si tu as besoin de quoi que ce soit à ce propos, je suis dispo pour en parler!!!

    RépondreSupprimer
  9. Oui Mme Déjantée, j'ai bien lu la naissance de PMH, mais je ne savais pas que tu avais renouvelé l'aventure pour GPDL. Je reviendrai peut-être vers toi le moment venu oui, merci! ;))

    RépondreSupprimer
  10. J'en rêvais pour Léonie, pas de sage-femme qui le faisait vers moi, et là idem, je ne trouve pas de sage-femme qui fait ça dans le coin. Car pour nous ce serait le bonheur, et la simplicité (sauf en cas de pépin) car nous ne savons toujours pas comment on va faire avec notre première (personne proche pour la garder...), je n'aime absolument pas l'idée de me séparer de Léonie plus d'une journée, laors la maternité... et puis être chez moi, avec mes affaires, mes animaux, ma fille, mon homme, être tout de suite après chez soi... un rêve !

    RépondreSupprimer
  11. Je découvre ce blog seulement aujourd'hui via le blog de Zhom. J'ai accouché à la maison avec Isabelle (la même sage-femme que Madeleine) et quel bonheur ça a été !!! Isabelle, si tu lis ces lignes, et même si tu le sais déjà JE NE TE REMERCIERAIS JAMAIS ASSEZ !!! Il faut avoir vécu un AAD pour comprendre le culte que l'on peut vouer à sa sage-femme.
    Tout s'est super bien passé, dans notre petit cocon de maison. Je n'oublierai jamais les heures qui ont suivies l'accouchement. Cette douceur...
    Bref, tu as l'air d'être très bien renseignée sur le sujet et je te conseille vivement d'accoucher chez toi. Je suis même prête à discuter avec Papa Nature, et mon homme aussi.
    Mais bon, ce message date du mois d'août, c'est peut-être plus d'actu...

    RépondreSupprimer
  12. Ici aussi AAD pour mon troisième enfant, 5 ans, et que de très bon souvenirs

    RépondreSupprimer
  13. Si tu te sens assez bien avec ta sage femme, et qu'il est possible que ton zhom te communique son adrénaline, peut être peux tu envisager de te passer de lui quand le travail est bien engagé pour laisser libre cour a ton ocytocine. Je pense que je vais demander au papa, si je peux accoucher à la maison, qu'il me laisse dans mon enfantement. Il aura tout le loisir de s'occuper de bébé après. Je suis pas assez sûr de la manière dont il arrivera a me soutenir. (peur qu'il m'énerve plutôt qu'autre chose...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'a pas encore parlé en détail de sa place lors de l'accouchement, mais je lui fais confiance. Il fera comme il le sentira et moi aussi. Si sa présence me gêne, il le sentira, s'il sent que j'ai besoin de lui, il sera près de moi ^^ c'est l'avantage d'être à la maison, on peut être présent sans faire les 100 pas dans la chambre et se sentir obligé de rester à côté de sa femme.
      Et puis je suis en toute confiance avec ma SF et surtout en toute confiance en moi et mon bébé ;)
      Mais je vois ce que tu veux dire ^^

      Supprimer
  14. Je vois qu'il est toujours en filigrane GETTY sorte que l'image n'a pas été acheté? C'est mon image et je vous demande soit acheter la photo de Getty ou demander une permission de moi avant de poster!

    I can see there is still GETTY watermark so that image wasn't bought? This is MY image and I demand you either buy the photo from Getty or ask for a permission from me before you post it!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je pensais que les images libres de droit sur Getty Images pouvaient être utilisées gratuitement. En faisant une recherche, je m'aperçois que ce n'est pas le cas, désolé, je supprimme l'image.

      Supprimer
  15. Bonjour, fraichement gestante (13SA), je suis tombé par hasard sur ce super blog hier et du coup ai passé ma journée a fouiné un peu partout sur 4AAD et avec tout ces temoignages, j'avoue j'y pense serieusement. Je viens de prendre contacte avec une sf mais je voit qu'elle ne fait pas partie de l'ansfl. je me doute bien que ce n'est pas forcement gage de qualité d'y etre masi quand meme, du coup je me pose des questions. alors je ne sait pas ce que j'attend de mon message, peut etre un ptit remonte moral ! En tout cas bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour chère anonyme ;) Félicitations pour cette grossesse. Rassure-toi, le fait qu'elle ne fasse pas partie de l'ANSFL ne veut pas dire que cette SF n'est pas qqn de confiance. Si tu le souhaites, on peut échanger par mail, peut-être que je connais cette SF, tu es dans le 49? Tu peux m'écrire à mamanature49@gmail.com - Je en sais pas si tu as vu mais cet article date un peu et depuis, j'ai eu la chance de donner naissance à ma deuxième fille chez moi. Es-tu au courant de ce qui se joue actuellement autour de l'AAD en terme d'assurances? Un peu d'infos là: http://choisirsonaccouchement.wordpress.com/
    A bientôt!

    RépondreSupprimer
  17. Merci. et oui j'ai lu tes aventures ;-) Je t'ai envoyé un mail.

    RépondreSupprimer
  18. Administrateur de ce site permettez moi de publier ce témoignage dans votre groupe car j'ai retrouvée le sourire grâce Mr DUVRAIT Carlos .
    A dire vrai, au départ, je n’y croyais pas du tout car actuellement, pour obtenir un prêt auprès des banques ou organismes de crédit, c’est mission impossible et pourtant ils nous abreuvent de publicité. Auprès de Mr duvrait carlos, dossier facile à constituer et rapidité d’acceptation et ensuite déblocage des fonds. Merci duvrait carlos Plus de besoin de banque, avant d’avoir un crédit,
    avec des conditions favorables.Vous avez besoin d’un financement
    pour votre maison, pour vos affaires, pour achat de voiture,
    pour l’achat de moto, pour la création de vos propres entreprise,
    pour vos besoins personnels plus de doute. j’ai reçu mon crédit auprès de ce Monsieur qui m’a été conseiller par une Amie de service. Contact : 06-77-70-89-27
    Je recommande à toute le monde le taux est bas.

    Veuillez l’écrire pour vos prêts personnels : Carlosduvrait@yahoo.fr

    Bonne chance à vous.
    PS : C'est pas de la l'arnaque , ni une plaisanterie c'est du sérieux .
    Donc, Merci de faire passer le message .

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...