samedi 19 novembre 2011

Etre mère : du bonheur à l’épuisement

Ce titre, c’est celui d’un témoignage-débat qui était organisé tout près de chez moi par le Relais Assistantes-maternelles et la Halte-garderie de mon patelin jeudi dernier (Comme quoi, il se passe des choses bien ailleurs que dans les grandes villes).

Et l’invitée du soir n’était autre que Stéphanie  Allenou, auteure du livre « Mère épuisée » (dont je vous ai déjà parlé ici) accompagnée d’une psychologue pour animer la discussion. Nous étions venues nombreuses, nous les mamans des environs, attirées par cette discussion qui allait forcément nous parler d’une manière ou d’une autre.



Stéphanie Allenou, nous raconte à nous, assemblée d’une cinquantaine de mamans et assistante maternelles, comment elle est passée du bonheur d’avoir 3 beaux enfants désirés, une fille aînée puis dans la foulée des jumeaux (2 hein forcément) à un sentiment d’épuisement et de perte de contrôle totale.

Elle témoigne , elle raconte, comment elle s’est occupée jour et nuit de ses deux garçons leur première année, comment elle a vécu leur naissance (une naissance respectée qui est venue réparer son premier accouchement qu’elle avait l’impression de s’être fait voler), un allaitement qui a duré tout la première année de ses garçons, et puis comment après leur premier anniversaire,  elle en congé parental de 3 ans, s’est retrouvée isolée et désemparée devant ces deux garçons qui ne lui laissaient aucun répit, aucune minute à elle, du jour où ils ont su marcher. Elle dit s’être préparée au début de leur vie, elle savait que ça n’allait pas être facile. Mais qu’elle ne s’attendait pas à ça après. Dans ses paroles, on sent l’isolement, la solitude, l’envie de se retrouver soi-même, l’impression de n’être qu’une mère, et de ne pas être une bonne mère. On sent l’impuissance devant des garçons qui s’affirment et « ne font que des bêtises ». Elle raconte le manque de sommeil, le manque de patience, le seuil de tolérance qui s’amenuise, le niveau sonore de la maison qui devient insupportable.

Elle raconte, les « non, non, non », les « fais pas ci, fais pas ça », le sentiment d’impuissance, de ne pas être écoutée, les cris, les tapes sur les mains, puis les fessées, répétées. Parce qu’on ne sait plus comment faire autrement. Parce qu’on en peut plus. Parce que personne ne nous aide.

Et personne ne nous voit, personne ne nous comprend. Et personne ne voit qu’on ne pas bien, parce qu’on n’est pas aimable, en colère, agressive… Et qu’on n’a pas forcément envie d’aider une personne qui vous envoie sur les roses.

La psychologue nous demande ensuite, à nous public, de se mettre par petits groupes de 5 personnes, et d’échanger ensemble ce que l’on vient d’entendre, de témoigner à notre tour. Et l’on sent que ça fait du bien, que certaines ont besoin de parler, que ça fait d’être entendue, écoutée. Parce que ce n’est pas facile d’en parler, parce que c’est un peu tabou. Parce que quand on est mère, on l’a choisi après tout, et que ça ne devrait pas être si compliquée. Qu’on devrait être heureuse, d’autant plus si on est en congé parental, de profiter de ses enfants.  Mais que ce n’est pas toujours aussi simple. On parle de la possibilité qui nous est offerte de parler de ça justement ce soir, de se livrer, ce qu’on ne fait pas forcément au quotidien. On se contente de faire bonne figure.

(Je me dis que personnellement, ça me fait du bien de pouvoir parler ici, sur ce blog, d’échanger avec vous, ici, sur Twitter ou sur Fb avec d’autres mamans, d’autres parents et de prendre du recul).

La psychologue prend la parole. Je l’écoute d’une oreille à vrai dire. Je me questionne.  Je me dis qu’un grain de sable peut venir tout fiche en l’air. Elle nous donne des clés pour ne pas « péter un câble » - s’entourer, prendre du temps pour soi, partager les tâches de la maison, réfléchir sur ses priorités, lâcher prise, penser à soi, exprimer ses sentiments, se faire aider, ne pas culpabiliser, ne pas céder à la pression de l’extérieur.

Stéphanie Allenou parle également beaucoup du regard des gens. Des regards interprétés comme jugeants, quand elle est au parc avec ses 3 enfants et qu’elle ne s’en sort pas, qu’elle n’arrive pas à garder l’œil sur ses 3 enfants en même temps, qui courent partout. Elle a l’impression d’être seule et nulle. Elle nous raconte ensuite comment enfin, elle s’est rendue compte qu’il y avait un problème, qu’elle devenait dangereuse pour ses enfants et pour elle-même.

Elle raconte les idées noires, l’envie de tout plaquer, de tout arrêter. De les laisser là et de partir. Elle raconte l’incompréhension de son mari, de son entourage. Mais enfin, c’est quand même pas compliqué de tenir une maison et d’élever 3 enfants. Tu les as voulu ces enfants ? De quoi tu te plains, tu es à la maison, t’as pas d’horaires…  Elle raconte le manque de sommeil qui vient à bout de ses capacités de résistance. Les réveils 4 fois par nuit, multipliés par deux.

Elle raconte la difficulté à trouver de l’aide. Vers qui se tourner ? Le médecin de famille lui propose des médicaments, elle refuse. La PMI (protection MATERNELLE et infantile) dit de rien pouvoir faire pour elle si ses enfants ne sont pas en danger mais finit par l’orienter vers un centre médico-psycho-pathologique. Là-bas encore une fois, la porte d’entrée reste l’enfant. Elle y va avec sa fille aînée qui a quelques difficultés à trouver sa place au sein de la famille. Mais sa fille va bien. Le psychologue arrivera heureusement à détecter la détresse de cette mère qui elle, ne va pas bien. Elle en parle donc, pour la première fois. Et puis elle fait des recherches sur internet, elle tombe sur des sites où l’on parle de « burn-out  parental ». Et pour la première fois, elle pleure (enfin). Elle n’est pas toute seule, elle n’est plus toute seule. Son problème a un nom, il existe, il est reconnu.

A l’âge de deux ans et demi, les jumeaux entrent à l’école. La situation s’améliore, elle commence à récupérer. Et réussit à en parler autour d’elle. La suite, c’est le livre, une association créée à Nantes pouraccueillir et soutenir parents et enfants, et c’est les rencontres avec les mamans, les témoignages, les échanges.

Elle dit ne pas comprendre comment dans notre société, on laisse les mamans à ce point seules, sans aide. Elle dit avoir envie de briser ces non-dits, elle nous encourage à parler, à demander de l’aide, si l’on en ressent le besoin bien sûr.

Alors, certes, toutes les mères ne sont pas épuisées, mais son témoignage a beaucoup résonné en moi, dans le sens où je me dis que personne n’est à l’abri du pétage de câbles. Stéphanie Allenou m’a fait comprendre le cheminement qui fait que parfois certains parents en arrivent à des extrêmes… Notre société ne fait pas son travail, l’entraide devient rare, les structures de soutien à la parentalité n’existent pas ou si peu. Les associations de soutien entre parents existent dans certains endroits mais pas partout, malheureusement.

Cette soirée m’a encore plus conforté dans l’idée de créer moi aussi une association locale de soutien et d’échanges entre parents (échanges et informations autour du maternage, papotages, soutien, etc). Sur la cinquantaine de mamans présentes, j’ai senti que beaucoup se sentaient très concernées par le sujet du soir, peut-être pas pour toutes au point où en est arrivées Stéphanie Allenou, mais avec des sentiments similaires parfois. 

En tous les cas, cette soirée a permis à beaucoup de mamans présentes d’échanger, de parler autour de ce sujet, de s’exprimer, en quelque sorte de briser le tabou de la mère parfaite chez qui tout va bien. Et j'ai senti qu'on en avait bien besoin.

Je crois qu’à partir de maintenant, j’essaierai de faire plus attention aux mamans de mon entourage. Parfois prêter une oreille attentive suffit. Prendre un café. Organiser un moment sans les enfants. M’assurer que tout va bien. Proposer de l'aide. Parce que parfois, il ne faut pas grand chose pour que les choses s'améliorent un petit peu...

 Quelques articles intéressants sur le même sujet:
Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. est-ce que c'est elle qui avait écrit un article dans Famili ? parce que j'y ai lu un sujet semblable, avec des jumeaux aussi... je ne me souviens plus du nom de l'auteur du livre... elle parlait aussi de burn-out.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis persuadée qu'un groupe de parole où les mères, surtout celles au foyer qui s'occupent de leurs enfants toute la journée, ferait du bien a toutes les mères, 1 ou 2h par semaine si elles arrivent a se les libérer. Ça devrait faire partie du package jeune maman, avec les infos sur les soins du nouveau-né et tout le reste : comment tenir le coup et faire en sorte que ça reste SURTOUT du bonheur ?? Ça serait fantastique que des groupes comme ça existent dans tous les patelins, petits ou grands.
    Je crois que si en guise de BB2, je me retrouvais avec des jumeaux, le burn-out ne serait clairement pas loin - et le travail, meme si ça n'est pas le monde des bisounours, me servirait sûrement de soupape dans ce contexte.

    RépondreSupprimer
  3. Comme je suis d'accord avec toi Madame Sioux! ça devrait faire partie du pack maternité, tu as tout à fait raison. Les médicaments sont remboursés mais pas les mesures de pour éviter de laisser les mères seules et désemparées! Et oui, je pense que tu as raison de parler des mères qui travaillent. Même si les difficultés existent bel et bien pour concilier travail, famille, etc. Il semblerait que les mères au foyer, ou en congé parental soient plus concernées par le burn-out maternel (pas de soupape de décompression justement).

    RépondreSupprimer
  4. il faudrait des groupes de paroles PARTOUT ! chaque PMI devrait en avoir un ...

    RépondreSupprimer
  5. N'existe-t-il pas des centres en France pour le suivi après la naissance? Pour continuer à faire des choses en groupes, avec d'autres mamans, s'octroyer du temps mais avec son bébé pas loin?

    Au Québec ils ont ça: http://www.9moisetplus.ca/
    Je ne sais pas si ça vous parle?

    Très bon article, très bien écrit! Je l'ai dévoré!

    RépondreSupprimer
  6. Je regrette de n'avoir pas assisté à ça!
    Depuis que j'ai lu Burn Out maternel, je suis très très sensibilisée à tout ça. J'avais d'ailleurs repéré le livre de Stéphanie Allenou que je compte bien lire prochainement!
    Je trouve qu'être mère, dans le quotidien, c'est le rocher de Sisyphe: prendre soin, préparer, emmener, ramener pour les enfants- une routine quotidienne pas toujours facile à vivre dans le stress de l'horaire à respecter-; et aussi laver, nettoyer, plier, ranger et toujours recommencer...
    J'ai lancé un appel que quelques forums de filles =) et sur fb pour monter un "Support Group", une rencontre mensuelle où l'on puisse parler du quotidien de mère, avec ses joies et ses peines, les difficultés rencontrées, et les choses qui paraissent insolvables...
    Mes copines de fb sont frustrées car on habite trop loin.
    Sur l'un des forums, j'ai trouvé une maman intéressée, nous faisons donc une première lundi prochain...
    Je suis comme toi convaincue que nous avons besoin de ces espaces de paroles.
    Comme je me retrouve dans ce qui est écrit plus haut!!! Et notamment dans l'absence de soutien dans l'entourage proche!!
    Je ne savais pas que cette auteur était de Nantes.
    J'espère avoir aussi la chance de la croiser un jour. Et qu'elle réussissent à donner envie à pleins de mères de se retrouver et d'échanger sur ces thèmes!

    RépondreSupprimer
  7. Me suis permis d'emprunter ici
    https://www.facebook.com/note.php?note_id=290995674252393
    Merci!

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Audrey.
    Je suis votre blog depuis quelques temps qui m'intéresse tout particulièrement car je suis dans le 49. Je me permets de réagir maintenant car votre article m'a beaucoup plu. En le lisant, je déculpabilise de faire garder ma fille de 10 mois chez une assistante maternelle alors que je ne travaille pas encore. Je ne me compare pas à cette situation mais je pense qu'on peut vite en arriver à ce stade si on ne trouve pas d’échappatoire.
    Merci

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour cet échange !
    c'est vrai que ce n'est pas facile tout ça mais pas facile non plus de venir en aide à une maman que l'on sent proche du burn out !

    RépondreSupprimer
  10. Je viens de lire ton article, et j' ai fini par pleurer ... Me rendre compte que je ne suis pas seule à vivre ce ras le bol ! J' ai ce même sentiment d' impuissance face à mes deux garçons de 13 et 32 mois. Puis cette impression de créer un drame familial lorsque j' ose dire que je suis épuisée a fini par me forcer à me terrer dans ma solitude et plus le temps passe moins je me reconnais...

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ce témoignage!! Ma vie m'échappe en ce moment et je me retrouve complètement. Je suis maman de 4 enfants, Les 3 "grands" sotn scolarisés et le dernier est à la crèche. Mais depuis quelques semaines, j'ai l'impression d'être dans un trou sans fond, et je culpabilise encore plus de dire que je suis fatigué parce que mon dernier est à la crèche. Mes 2 meilleures amies ont déménagées et ne sont plus dans la région. Je me sens vraiment seule même si je connais beaucoup de monde, j'ai l'impression de ne pas avoir le droit de me plaindre et me retrouve comme en cage. MAis je met enfin un nom sur ce que je ressens et c'est déjà rassurant de savoir que je ne suis pas seule! Jusqu'ici, je m'étais toujours vantée d'être passé au travers (Mes enfants ont 7ans 1/2, 2X 5ans 1/2 et 34 mois. Je dois bientôt retrouver du travail et je pense que le tout s'accumule. Je vais mettre à profit les mois qu'il me reste pour essayer de me faire aider. Merci.

    RépondreSupprimer
  12. Prêt sérieux et honnête

    Témoignages de prêt Email combojeanluc@hotmail.com
    Pour moi le prêt entre particulier n’a jamais existé. Mais à force
    d’entendre parler de certains prêteurs qui me semblaient sérieux sur les forums et blogs mon choix s’est dirigé vers Mr
    COMBO JEAN LUC dont beaucoup parlent et après l’avoir contacté, j’en suis sorti la tête haute car il m’a accordé sans soucis les fonds que je lui est demandé (50.000€) sans aucune complication. alors, vous devrez régler en urgence une dette, créer votre entreprise ou investir dans les immobilier . Merci à tous ceux qui témoignent de lui; il est une référence, vous pouvez sans crainte le contacter Il existe bel bien les prêteurs sérieux en France .
    Voici son Email combojeanluc@hotmail.com
    Merci de passé le message

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...