mercredi 10 avril 2013

La troisième voie

La plupart du temps, quand vous êtes enceinte et qu'on vous demande où vous voulez accoucher, que ce soit votre gynéco, votre médecin généraliste ou votre voisine de palier, voici ce qu'on entend:

"Et vous allez accoucher où? à la clinique ou à l'hôpital?". 



A moins d'habiter en Ardèche où les taux d'accouchements à domicile avoisinent les 10%, peu de gens savent qu'il est possible voire légal (si, si je vous jure) d'accoucher chez soi. Certes, les sage-femmes ayant décidé de consacrer leur pratique à l'accompagnement des couples ayant pour projet de mener la naissance de leur enfant chez eux ne courent pas les rues. Parfois, elles ne sont même pas inscrites sur les quelques listes nationales qui existent. Il faut donc être un peu initiée, un peu informée et être dans les "bons réseaux" pour avoir connaissance de cette possibilité et des sage-femmes qui se l'autorisent. Malheureusement, il n'y en a pas encore dans tous les départements français, et certains couplent n'ont pas accès à cette possibilité à cause de l'absence de sage-femme pratiquant l'accompagnement global dans leur secteur géographique.

Alors, certes, aujourd'hui, de plus en plus de maternités sont équipées de salles "physio", ou de salles nature, ce qui va, à mon avis, dans le bon sens. Mais en pratique, peu de maternités ont une équipe formée et dédiée pour ce service, et cela reste dans l'enceinte de l'hôpital et sous la responsabilité des médecins et non des sage-femmes.

A l'heure où l'on parle de l'expérimentation française des maisons de naissance, on voit bien que notre pays n'est pas encore prêt à laisser aux sage-femmes leur autonomie, et que pour assurer (soit-disant) la sécurité, elles doivent bien évidemment rester sous la dépendance et la responsabilité de ces messieurs les gynécologues. On oublie bien souvent que les sage-femmes représentent une profession médicale à part entière et que tant que l'accouchement reste dans un cadre physiologique (sans pathologie), elles sont les plus compétentes pour accompagner les naissances. Les gynécologues sont là pour intervenir en cas de pathologie, c'est leur domaine. La physiologie, elle, est du domaine des sage-femmes. 

Donc, je disais, au-delà de la clinique et de l'hôpital, il existe bien une troisième voie. Celle de l'accouchement à domicile. Oui, il est possible, en l'absence de contre-indications médicales, d'envisager de donner naissance à son enfant chez soi. C'est le choix que nous avons fait, Papa-Nature et moi pour notre deuxième enfant.

Un accompagnement global
17 février 2012. Le test de grossesse que je viens de faire me confirme que je porte à nouveau la vie! Immédiatement, ma première réaction est de me dire qu'il va falloir que je me renseigne rapidement pour trouver une sage-femme. Je sais que sur la liste nationale, il n'y a officiellement pas de SF pratiquant l'AAD dans mon département et je projette d'appeler celles des départements limitrophes pour savoir si l'une d'entre elle accepterait de nous suivre. Ce même jour, je rends visite à une amie. Elle me dit:
"Tiens au fait, ma sage-femme m'a dit qu'il y avait une sage-femme qui accompagne les naissances à domicile qui habite dans notre village!".
Elle me donne son nom et son numéro. On ne sait jamais, ça peut servir un jour. Bien sûr, elle ne savait pas encore que j'étais enceinte mais son information ne pouvait pas mieux tomber!
Si je ne croyais pas aux signes du destin, me voilà convaincue. Apprendre le même jour, ma grossesse et le fait qu'une SF qui accompagne les AAD habite à deux pas de chez moi, c'est quand même une sacrée coïncidence!
A ce moment là, je suis en pleine lecture du livre: "Intimes Naissances" et je me rends compte que cette sage-femme a écrit un chapitre de ce livre, j'en apprends un peu plus sur elle, elle a une expérience impressionnante. J'ai hâte de la rencontrer. Le temps de convaincre mon homme à moitié (le tout en une soirée de discussion et quelques jours de réflexion pour lui), je l'appelle et on convient d'un rendez-vous. Je compte bien sur cet entretien pour convaincre à 100% mon homme!
Ce premier rendez-vous durera une heure et demie, comme à peu près tous les rendez-vous que l'on aura par la suite. C'est le début d'un accompagnement global, qui durera 9 mois et même plus.

Mais je vous raconte la suite au prochain épisode...




Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. j'attends la suite avec impatience...mon séjour à la mater m'a un peu refroidit ! sinon il est bien le bouquin ? Anne-C

    RépondreSupprimer
  2. Ca fait quelques temps que je suis ton blog, et c'est un peu grace à lui que j'ai découvert l'aad :) (que nous ferons si tout se passe bien en aout pour la naissance de notre premier ^^)
    alors hate de connaitre la suite! :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...